Accueil / Destinations / BAR-LE-DUC, PREFECTURE DE LA MEUSE

BAR-LE-DUC, PREFECTURE DE LA MEUSE

PARTAGER

Labellisée « Ville d’Art et d’Histoire » et « Plus Beaux Détours de France », Bar-le-Duc vous invite à la découverte du quartier de la Ville haute, qui constitue l’un des ensembles urbains Renaissance les plus remarquables de France.

 

La Ville basse : berceau de la cité

C’est ici en Ville basse, au Ier siècle de notre ère qu’une cité gallo-romaine connue sous le nom de Caturiges s’installe sur la voie reliant Reims à Toul. Pillée, brûlée et anéantie par les invasions barbares aux IVème et Vème siècles, la ville se relève et connaît un développement significatif au cours des siècles suivants : un faubourg, dénommé Barrivilla est reconstruit sur la rive gauche de l’Ornain et à partir du Xème siècle, le château et la cité fortifiés s’élèvent sur un éperon rocheux dominant la vallée.

Attirés par la Cour des Comptes, les nobles s’installent en amont du château, dès le XIIIème siècle, constituant le quartier dela Ville haute. Il faudra attendre le XVème siècle, à l’heure où l’activité économique et administrative bat son plein, pour qu’apparaisse la neuve-ville en contre bas.

Le XVIème siècle représente la période la plus faste tant d’un point de vue politique que culturel. Le château devient le théâtre de naissances princières, de visites royales et de conférences politiques, tandis que la Ville haute et la rue du bourg se parent d’un ensemble d’édifices de style Renaissance qui font aujourd’hui sa renommée.

Bar-le-Duc prend toute sa dimension au cours du XVIIIème siècle avec l’aménagement des places et du boulevard de la Rochelle, artère principale de la ville. Il faudra ensuite attendre le XXème siècle pour qu’apparaissent les nouveaux quartiers périphériques : Marbot-Hinot, Libération ou encore la Côte Sainte-Catherine qui s’installe sur les anciens vignobles ravagés par le phylloxéra au cours du XIXème siècle.

Bar-le-Duc : ses places, ses ponts et ses monuments

Installée en Ville basse, la Préfecture de la Meuse domine la place Reggio et se situe sur le rive gauche de l’Ornain. Sept ponts enjambent cette rivière dont le plus emblématique est celui deNotre-Dame remarquable pour sa chapelle miraculée.

Le canal de la Marne au Rhin ou encore le canal des usines prenant toutes ses aises dansle Parc de l’Hôtel de Ville, sont autant de cours d’eau qui vous mèneront vers d’autres horizons.

Du monument commémoratif de la famille Michaux, inventeurs du système pédaler, au château de Marbeaumont, découvrez les inventions et prouesses techniques barisiennes au tournant du XXème siècle.

Ne manquez pas enfin de visiter les églises Saint-Antoine et Notre-Damequi conservent précieusement quelques chefs-d’œuvre oubliés, des sculptures ou des vitraux qui le soir venu, brillent de mille couleurs…

Ville d’arrière front durant la Première Guerre Mondiale

Jusqu’à l’armistice de 1918, la ville de Bar-le-Duc a eu un rôle stratégique en tant que zone d’arrière front. De nombreux services de l’Armée y étaient installés pour organiser l’acheminement sur le front, en hommes, en nourritures, en matériel et munitions.

La borne zéro de la Voie Sacrée, la locomotive Suzanne du Chemin de Fer Historique de la voie Sacrée encore lecimetière de la ville sont autant de sites à découvrir qui font écho à cette douloureuse page de notre histoire.

Raymond Poincaré, natif de Bar-le-Duc et Président de la République de 1913 à 1920 reste une figure emblématique de la cité et le lycée impérial qui porte aujourd’hui son nom en rappelle sa mémoire. A noter que ce lycée fut aménagé en hôpital durant la Première Guerre Mondiale pour soigner les blessés ramenés vers l’arrière.

Commerces, entreprises et savoir-faire

S’activant autour de son marché, de ses commerces, la Ville basse de Bar-le-Duc propose de nombreux services et conserve des entreprises de renommée internationale telle que Bergère de France, leader du fil à tricoter, qui ouvre régulièrement ses portes à la visite. Pays de la groseille Bar-le-Duc c’est aussi cette spécialité si singulière qui consiste à épépiner la groseille à la plume d’oie pour en faire en faire une délicieuse confiture pour le plus grand plaisir de nos papilles !